Les Performances végétales de Marie Boccanfuso

Pour aller à sa rencontre, il faut marcher dans la montagne jusqu’à son atelier. Il est situé au bord d’une ruisseau, à l’ombre d’une forêt de sapin. C’est de là que Marie part à la recherche de végétaux pour confectionner ses œuvres.

De l’émotion à l’art total
Si le mot artiste a un sens, c’est du côté des œuvres de Marie Boccanfuso qu’il faut le chercher. Elles dégagent en nous une telle émotion qu’elles nous embarquent vers des univers qui nous transcendent.


Marie a souvent cherché la poésie des formes à travers la sculpture.
Son ami Onésime Lamour raconte « …qu’elle a d’abord frappé sur les rochers, elle les a taillés, gravés, cassés. Elle a fait des moules avec les plus petits morceaux soigneusement mis de côté,triés,tamisés.
Elle y a coulé du Bronze … »

Marie a toujours suivi sa route intérieure, celle qui la mène au-delà des formes et de la matière, vers la beauté de la nature.

C’est alors que la sculpture donne naissance à la création végétale. Chaque fleur, chaque feuille, chaque écorce est utilisé comme une parure. Il possède sa propre forme, sa couleur et même sa direction.
Et lorsque Marie le met en mouvement dans l’expression corporelle de danseurs, tous voient le corps et le végétal s’amplifier l’un l’autre.


Comme seule la fraîcheur de l’instant peut traduire cette osmose, les Performances végétales s’imposent comme une évidence.

Les spectateurs découvrent naturellement qu’elles permettent
l’envol et l’intériorité vers la beauté.

C‘est pour cela que Marie invente l’art total.

Claude Muller

 

Rencontre avec Marie Boccanfuso


Vous avez toujours travaillé dans la nature ?

La nature offre à l’artiste des espaces infinis à l’imaginaire. Pour moi, chaque nuage, chaque écorce, chaque reflet est sculpture. Dans la nature, je suis disponible à l’intériorité. Je pense que c’est en partageant l’intime de soi que l’artiste accède à l’universalité…

 
C’est cet environnement qui a fait que vos œuvres sont passées du figuratif au symbolisme ?

Vous n’arriverez pas à me faire entrer dans des cases ou des écoles de pensée. Je dirais plus simplement qu’hier je cherchais à modeler le réel et qu’aujourd’hui, je veux représenter l’idée que j’ai du réel plutôt que la forme. Autrement dit :
« J’habille le réel d’une forme sensible ».


Aujourd’hui vous préparez des performances, c’est la nature qui vous donne l’inspiration ?

C’est elle qui nourrit mon âme et mon cœur. La création est une énergie qui me révèle la beauté du monde.