Où se trouve l’âme humaine ?

Les hommes ont-ils une âme ? Où se trouve-t-elle ? Les animaux en possèdent-ils une ? Quand est-elle apparue dans l’évolution de la vie ? Jusqu’à aujourd’hui, toutes les civilisations l’ont cherchée à l’intérieur du corps humain, certaines dans le cœur et d’autres dans le cerveau.  Duncan MacDougall a même cru mesurer sa masse : 21 grammes ! Toutes ces tentatives ont été vaines jusqu’à aujourd’hui. Une part importante de l’humanité pense aujourd’hui qu’elle n’existe pas, et que nous ne sommes en fait que des algorithmes biologiques. L’autre partie s’accroche aux religions, au sens large du terme, pour justifier leur croyance en l’existence d’une âme immatérielle.
Gérard Muller, auteur du roman « L’âme de la fontaine étourdie », a imaginé un autre scénario : l’âme se trouverait dans un champ quantique, et donc à l’extérieur de notre corps. Ce champ de particules inconnues, qu’il nomme soul particles, serait répandu dans tous le cosmos, à l’instar de tous les champs quantiques. L’information contenue dans ce champ pourrait être déformée par les fortes émotions ressenties par les hommes au moment de leur mort, et rester ainsi gravée à jamais au sein de celui-ci. Cette déformation constituerait ainsi les âmes des défunts. Celles-ci pourraient donc communiquer entre elles par intrication quantique, et entrer en relation avec certains vivants à l’aide d’intercesseurs. Cette hypothèse permet de répondre à toutes les questions posées au début de cet article :
Où se trouve-t-elle ? Dans ce fameux champ.
Les animaux en possèdent-ils une ? Oui, tous ceux qui ressentent des émotions. L’auteur envisage que même les arbres puissent en posséder une.
Quand est-elle apparue ? Depuis la création de l’univers. Par contre, seule une vie douée de sensibilité peut influencer ce champ. Et donc, l’âme est apparue avec la vie sensible.
La théorie développée dans le livre permet aussi de comprendre le pouvoir de certains chamanes et autres medium qui seraient ainsi en contact avec les esprits.
Afin d’illustrer son propos de façon agréable et romanesque, Gérard Muller a alors imaginé le synopsis suivant : Une jeune archéologue française, spécialiste des gravures rupestres, arrive en Namibie pour une campagne de fouilles. Là, elle rencontre un collègue dont le père est bushman, et qui possède des dons chamaniques. Il découvre tout de suite en elle des qualités de spiritisme et, ensemble, ils vont aller à la quête d’une communication avec les morts. Pour les aider, un spécialiste de la physique quantique va tenter d’expliquer ce lien entre les vivants et les morts, à partir des éléments donnés par l’âme d’un bushman mort il y a 5000 an avec lequel ils ont établi un contact. Mais un meurtre au sein de l’équipe vient remettre en question leur travail. Soudain, Twyfelfontein, la mystérieuse « fontaine étourdie », décide de ne plus offrir son eau : les heures sont comptées dans ce désert aride pour élucider cet assassinat, clé pour savoir si les vivants peuvent parler impunément aux morts. Le livre se termine par un message écologique envoyé par les âmes aux vivants : prenez à bras-le-corps le problème du réchauffement climatique, sinon nous agirons en conséquence.
L’objectif de l’auteur de ce roman n’est pas de développer une thèse sur le sujet ou de faire un quelconque prosélytisme en faveur de telle ou telle religion, ou de tel mouvement de pensée. Gérard Muller essaye juste d’émettre une hypothèse originale qui, à sa connaissance, n’a jamais été exposée. Elle pourrait donner en outre une explication à la plupart des phénomènes paranormaux qui ont toujours intrigué les hommes. Entre le roman policier et le roman de fiction, « L’âme de la fontaine étourdie » propose au lecteur un voyage plaisant pour explorer la Namibie en même temps que les recoins les plus reculés de la conscience humaine.
Claude Muller