La Coupe Icare 2011

Pour vous raconter la 38ème Coupe Icare, j’ai choisi de sortir des sentiers battus et d’aller à la rencontre du plaisir de voler. Il faut dire que le temps radieux de cet été indien à bien aidé les pilotes à retrouver les sensations folles du vol libre. Et, comme chaque année depuis 38 ans, ils sont venus du monde entier pour éprouver la joie immense, presque enfantine, de se lancer dans ce jeu au bonheur des cimes. Ils espéraient tous retrouver l’ivresse d’Icare dans le ciel de cette Coupe emplie au soleil de Chartreuse.


Claude Muller

Le regard d’Icare

Voler, voler…on en rêve tous. Mais qui le fait vraiment ? Quels sont ces pilotes qui osent se lancer dans le vide depuis les falaises de Chartreuse ?

Pour cette 38ème Coupe Icare, j’ai voulu aller à leur rencontre, les voir et bien sûr vous les faire découvrir à travers ces quelques portraits, tout en images. Premier constat, peu de femmes ! Mais qu’elles sont belles, celles qui osent ainsi défier le ciel. « Elles le font avec beaucoup de finesse et d’élégance », m’ont-elles raconté « et comme ce sont ces qualités là qui font les beaux vols, les femmes ont un bel avenir dans le ciel d’Icare… ». Peu de jeunes non plus sur les pistes d’envol. Mais, ceux qui se lâchent dans les airs de St Hilaire le font avec beaucoup de brio et de spontanéité. « Défier la nature est un plaisir fou », nous a dit l’un d’entre eux. « En l’air, plus rien n’a d’importance, je suis heureux », rajoute son copain. Alors, il faut être un homme mûr et sage pour oser affronter les cieux en toute quiétude ? Pas si sûr ! Ceux que j’ai rencontrés m’ont tous parler de technique et de matériel, m’ont donné des cours d’aérologie et m’ont saoulé de termes techniques, comme s’ils voulaient se cacher derrière. Mais lorsque je leur ai demandé de me raconter leurs vols tout simplement, ils ont eu du mal à me parler de leur rêve d’Icare. Heureusement, il nous reste l’image, car leurs regards nous en disent beaucoup plus.
Claude Muller

La coupe Icare, avant première.

Ce week-end devrait être splendide pour les hommes volants sur leurs fantastiques machines. Ce matin, les pilotes de la Coupe Icare sont tous arrivés sur le plateau de Saint Hilaire du Touvet avec du soleil dans les yeux et des rêves plein la tête. Demain, ces acrobates du ciel vont s’entrainer à virevolter dans le ciel Chartrousin, tout en peaufinant leurs drôles d’engins aériens. Qu’ils s’apparentent à des parapentes, à des deltaplane, des avions ou des ballons, qu’ils soient habillés, déguisés ou transformés, qu’ils soient lumineux ou sophistiqués, ils espèrent tous briller sous les rayons du Grésivaudan. La foule chaque année plus nombreuse et les curieux tous plus admiratifs les uns que les autres, attendent ce moment depuis si longtemps… Ils seront là pour vibrer d’émotion. Et pour commencer ce spectacle de rêve, je vous offre quelques images puisées au tréfonds de mes archives colorées.
Claude Muller