Une dernière soirée de rêve sous le chapiteau des Rencontres Brel, à l’ombre du Grand Som

Mercadonegro 1Les Rencontres Brel ont eu la bonne idée de poser un plancher devant la scène. Les danseurs ont pu s’en sont donner à cœur joie pour évoluer dans leur art préféré. Il faut dire qu’ils avaient une chance folle, danser sur des airs imaginés, mis en scène et joués par le meilleur groupe de Salsa du monde n’arrive pas tous les jours.
Mercadonegro 2Les musiciens de Mercadonegro osent tout sur scène pour mettre l’ambiance sud américaine qui est leur essence même. Les Chartroussins apprécient. Ils en en redemandent. Alors les deux chanteurs se lancent et donnent toute leur énergie… Ce tempo les fascine, la salle exulte, la joie d’être là, ensemble sous ce chapiteau se lit sur les visages.. Alors chacun se dit « c’est que du bonheur ». Cela doit ressembler à ça un festival réussi ?
Mercadonegro 3Manu Dibango 1Manu Dibango 3C’est avec une immense ovation que le public accueille les musiciens de Manu Dibango sur cette scène mythique. Ils apportent une belle ambiance sous ce chapiteau, le style est plus plus cool, plus raisonné. Les spectateurs mettent un peu de temps à entrer dans leur blues. Mais ces artistes se lancent dans cette musique comme s’ils voulaient gagner un à un chaque spectateur à leur rythme. C’est alors que le timbre du saxophone de l’artiste fait irruption, la magie opère immédiatement. Nous sommes tous bouche bée devant ce monstre sacré. Pas ou peu d’effet de lumière pour ce grand pro, un son clair et précis, du grand art.
Manu Dibango 4
Le voyage à travers l’univers du jazz peut commencer. Manu peut nous emporter là où il veut avec son sax, toute la salle le suit les yeux fermés. Le plaisir est là, sensible, doux, palpable… Une belle émotion traverse le chapiteau pour cette ultime soirée.


Yuri Buenaventura 1Yuri Buenaventura 6Avec Yuri Buenaventura, l’ambiance change à nouveau du tout au tout. C’est un grand orchestre à la mode Sud Américaine qui nous régale de sa salsa. Deux artistes se démènent devant eux pour donner le tempo. Tous rivalisent de virtuosité pour nous enchanter. Yuri Buenaventura, monté sur pile, dirige son groupe avec une maîtrise totale, attentive au moindre détail, Il met en valeur chaque artiste pour le lancer dans un solo à vous couper le souffle.
Yuri Buenaventura 3 Yuri Buenaventura 4Le répertoire est immense, il puise d’abord dans les airs traditionnels de ce continent puis s’élargit à la musique africaine, « celle qui nous apprend la sagesse », nous raconte Yuri. Puis, il nous donne une belle leçon de Salsa, en faisant se lever et danser la salle toute entière. Un beau moment de connivence. On est heureux…
Yuri Buenaventura 2Puis à la fin de ce concert époustouflant, il rend hommage au peuple français, ce pays qui l’accueille désormais, et qui a souffert dans sa chair. Dans son ode à la France, il parle de la force qui nous réunit face à la barbarie et prend exemple sur Jacques Brel pour nous faire partager ce sentiment de respect. Il se lance dans « Ne me quitte pas, comme s’il voulait nous faire passe un message. La salle lui répond que jamais elle n’oubliera le Grand Jacques, sous le Grand Son.
Claude Muller

Monte le (Grand) Son aux Rencontres Brel

Collectif 13Collectif 13
Vendredi soir, Saint Pierre de Chartreuse s’est offert une soirée complètement déjantée. « A la bonne franquette… », chante le collectif 13 en ouvrant ce bal dans un délire verbal assaisonné d’une orgie de musique festive.

Le feu

Ils sont une quinzaine sur scène à « faire le bœuf pour le fun », dont Gérôme Briard du groupe Le Pied de la Pompe, Guizmo de Tryo, Gari de Massilia Sound System, Mourad de La Rue Ketanou, Cali… tous de belles individualités de la scène alternative française.

Tous des copains qui sont là pour s’amuser, délirer, danser, virevolter, chanter, rire et partager une soirée étourdissante avec le public. Et ça marche!
Collectif 13 2CaliIls se lancent et rebondissent avec brio dans des raps d’anthologie qui sentent l’auto dérision à pleins poumons. La salle les suit dans un délire permanent de mouvements, la guitare vibre de leur folie, les paroles s’enroulent autour du public, les lumières crèvent le chapiteau, les (Grands) Sons volent vers la montagne et tous jouent de cette folle soirée. « C’est quand le bonheur » ? chante Cali, c’est à Saint Pierre de Chartreuse lui répond le public tombé sous son charme.

foulerue Ketanou rue KetanouC’est sur « Les chemins de la bohème » que nous embarque La Rue Kétanou. C’est « A l’autre bout du monde » lui répond la salle. La fête continue avec ces poètes aux mots profonds et aux notes virevoltantes.
rue KetanouLes trois lascars dégagent une formidable énergie avec leurs musiques bohèmes. La guitare s’enflamme, l’accordéon s’épanouit, l’harmonica vole, les mots s’éclatent et le soleil de leur musique enflamme la scène… On rit, on danse, on chante, on est libre ce soir sous le chapiteau. C’est la fête à l’humour, à l’amour et à la chanson française dans ce festival au sommet.
tous
Lorsque Les Tambours du Bronx montent sur scène, l’orage fuit le ciel de Chartreuse, comme s’il prenait peur. Leur rage communicative cogne encore. La meute fait retentir ses bidons. Les loups frappent le ciel, le public émerge des bas fonds, la terre tremble, la horde passe, la foule exulte. Tous surnagent. Les percussions prennent le pouvoir. Les bûcherons du son cognent. La lumière s’éclate en pépites psychédéliques. Les galériens de la musique enchaînent leurs succès devant un public stupéfait. Personne ne sort indemne d’un tel spectacle. La nuit s’enflamme…
Tambour du BronxClaude Muller

Le groupe Grenoblois Monkey Theorem s’éclate à Saint Pierre de Chartreuse

Monkey TheoremC’est de la scène découverte des Rencontres Brel qu’est venu la première grande surprise de ce festival avec le groupe Grenoblois Monkey Theorem.
D’inspiration hip-hop, ils chantent un rap coloré.
Monkey Theorem
Jeunes et plein d’énergie, ces artistes en herbes ont su « jeter » les paroles de leurs mélodies avec une grande précision rythmique. Ils ont ravi leur public par leur présence imposante, l’agilité de leur mise en scène et les expressions brutes, authentiques et toujours naturelles de leurs visages aux multiples facettes.

Monkey Theorem 4Sur scène, ils ont conquis leur auditoire en lui offrant un show incandescent. Le public a été littéralement transporté…

publicClaude Muller

Dick Annegarn, un troubadour en Chartreuse

Dick Annegarn reveurTel Jacques Brel à ses débuts, Dick Annegarn entonne son aubade en chantant a cappella, comme s’il était dans la rue. Et pourtant, nous sommes ailleurs…dans l’église de Saint Hugues de Chartreuse, la « Chapelle Sixtine » d’Arcabas, mais chut..il ne faut pas lui dire… c’est elle qui accueille son concert.
Dick Annegarn guitaristeCe poète manie humour et auto dérision pour mieux nous séduire avant d’entonner le voyage qu’il nous décrit comme le rêve de Raphaël, pas le chanteur, le peintre… « A chacun sa route, à chacun son tracé, à chacun ses flots… ». Le troubadour Dick Annegarn se révèle musicien de talent, compositeur de génie pour nous distiller ses notes, à travers cet espace sacré, sur sa guitare, son piano ou son bandonéon.

Dick Annegarn bandonéonIl se fait acteur, conteur et amoureux pour nous emporter avec le Grand Jacques sur la grande place de Bruxelles. Il nous partage ses rêves et nous conte des histoires extraordinaires qui nous transportent tantôt en pays Berbère, tantôt en hiver sur un vaisseau échoué, tantôt sur un paquebot au milieu de la montagne… ailleurs, vers nos songes…
public St HuguesClaude Muller

Chico et les Gypsies ont mis le feu à la Chartreuse…

Chico et les GypsiesChicoDès le premier soir de cet écofestival à la montagne, ce groupe musical français branché rumba, flamenco, pop, rock… a donné le ton à ces Rencontres en apportant grandeur et chaleur à Saint Pierre de Chartreuse. Grâce à leur « musique gitane, universelle comme l’amour », le soleil a illuminé la scène et le cœur de tous. Les regards brillaient au fil des refrains lancés par ces douze mélomanes. C’était pour le public une véritable invitation à la fête et à la danse.
Chanteur Gypsies
Et c’est avec bonheur que chacun s’est laissé aller à reprendre ces airs connus, ces notes chantantes et ces mélodies d’amour. L’ovation que la foule a réservé à ces artistes a lancé très haut la flamme de ce festival.

Chico GypsiesClaude Muller

Salut aux Rencontres Brel, bonjour Le Grand Son

Le Grand Son Ce festival cher au cœur de la Chartreuse a choisi son nouveau nom, ce sera Le Grand Son.

Mais, rassurez vous ce grand rendez-vous estival avec la fête autour de la musique conserve son identité, celle de nous faire partager des moments heureux autour de la chanson.

C’est une évolution, pas une révolution. Jacques Brel est toujours là et ce festival garde toutes ses valeurs.

Sa programmation reste éclectique en évoluant au fil du temps vers des musiques actuelles.

La fête reste animée par plus de 300 bénévoles qui se regroupent autour de commissions thématiques. Cet écofestival à la montagne respecte plus que jamais son environnement en cultivant son « jardin »: tri sélectif, gobelets et assiettes récupérables, toilettes sèches sont les exemples visibles de sa démarche public nuitéco-responsable. L’accessibilité à tous restent une priorité. Colonnes vibrantes pour les mal entendants, rampe prioritaire donnant accès à une plate-forme handicapés. Tout est fait pour accompagner tous et toutes vers la rencontre avec le spectacle. Ce festival garde une dimension humaine en accueillant chaque soir 4500 personnes dans son enceinte et pas plus de 3000 deguisementpersonnes sous son chapiteau. Il propose à tous chaque soir 3 espaces scéniques, le chapiteau, l’église de Saint Hugues de Chartreuse et une scène découverte, libre et gratuite. Tout cela sans compter tous les spectacles off et les « after » qui se multiplient dans les salles, bars et commerces du village. Les « endimanchés » prennent le relais en fin de semaine dans les rues de Saint Pierre pour clore ce festival dans la joie et la bonne humeur et partager la fête avec tous les chartrousins. Sans oublier les stages et ateliers participatifs qui repasaccueillent chaque année plus de 100 jeunes. Ils se forment ainsi aux média, aux plantes et aux arts plastiques et deviendront sûrement les organisateurs de demain. Je ne vous ai pas parlé des paysans de Chartreuse qui proposent chaque soir aux festivaliers des repas sains, festifs et inventifs composés avec leur productions locales. Un autre aspect de ce festival prend de l’importance au fil des ans, c’est le village d’entreprises. Avec sa formule d’accueil « spécifique », il reçoit maintenant plus de 30 partenaires dans des conditions chaleureuses. Mais le « Grand Son », producteursoutre la référence aux montagnes locales, ne serait pas mérité sans un travail particulier sur la qualité sonore de ce festival. Chacun sait que le son se perd en de multiples rebonds sous un chapiteau. C’est pour palier à cet inconvénient que handicapdepuis de longues années le festival travaille tout particulièrement cet aspect du spectacle vivant. Aujourd’hui, il respecte un cahier des charges très contraignant imposé par arrêté municipal en adoptant les normes acoustiques suisses. C’est tout vous dire !

Claude Muller

Encore plus fort, les Rencontres Brel 2016

Rencontres BrelCe festival à la montagne devrait prendre cette année un caractère bien particulier. Comme tous les rassemblements qui viennent après la tuerie de Nice, il sera empreint de respect et de solidarité avec toutes ces victimes chapiteauinnocentes. Elles ne faisaient que se détendre en assistant à un spectacle féerique. Elles se sont fait faucher au milieu de la foule. A Saint Pierre de Chartreuse, chacun sera conscient de ce risque, mais tous auront à cœur de rester au milieu de la vie. C’est pourquoi ce festival portera très haut et très fort son nom cette année. Personne ne remettra en cause la capacité de Jacques Brel à rassembler le monde autour de ses valeurs humanistes mais tous seront conscients que les vertus principales de ce festival tournent autour des « Rencontres ».
artistesComme chaque année depuis 29 ans, cette semaine musicale sera l’occasion de belles rencontres.
Rencontres avec les artistes tout d’abord, à la vue du plateau, la fête devrait être belle. De Boulevard des Airs, aux Tambours du Bronx en passant par Manu Dibango, Chico & the Gypsies, Dick Annegarn…et beaucoup d’autres, chacun devrait trouver son bonheur dans ce programme aux multiples facettes.
Rencontres avec les amis, fidèles Chartrousins. Ils viennent et reviennent chaque année prendre un bol de « Brel ». Ils se retrouvent avec un immense plaisir au coin du chapiteau, au bar ou assis dans l’herbe aux abords du festival off.
300 benevolesRencontres avec les bénévoles, ils sont plus de 300 qui comme chaque année font ce festival. Sans eux et leur entrain rien ne serait possible. Ils sont l’âme de ce festival et sont souvent motivés par un profond attachement à ce pays de montagne.
benevoles
Rencontres avec les paysans, ceux qui se mobilisent chaque année pour nourrir les festivaliers de leurs produits du terroir. Ils sont la chair de ce festival.

scene
Rencontres avec les entreprises qui chaque année sont de plus en plus nombreuses à rejoindre ce festival. Elles ont compris qu’associer leur image à ce festival leur était bénéfique.
Rencontres avec permanents, les pros, ceux qui font que la structure de ce festival tient la route, coûte que coûte chaque année… malgré tout.
Rencontres avec les inconnus, les spectateurs, les touristes, les aventuriers, ceux qui viennent à la rencontre de tout ce bonheur partagé que les Chartrousins sont fiers de leurs offrir.
Claude Muller