L’œil de la nuit de Pierre Péju

Un café littéraire avec Pierre Péju est toujours un évènement. D’abord parce que l’auteur de la Petite Chartreuse est un formidable conteur, ensuite parce que chacun de ses nouveaux romans est une extraordinaire aventure. « L’œil de la nuit » n’échappe pas à cette règle, ce livre nous raconte un « voyage rocambolesque ».

Quelle croissance pour quels emplois ?

Notre 46ème café sciences sera tourné vers l’économie. En ces temps troublés, il nous a paru nécessaire de comprendre ce qui se joue dans l’évolution de notre société. L’économie semble se porter de mieux en mieux. Le chômage diminue, les créations d’entreprises battent des records, l’innovation se porte à merveille, l’investissement progresse et pourtant la grogne sociale s’amplifie.

Qu’est ce qui produit ce paradoxe ? Est-ce dû à la polarisation des emplois, avec d’un côté des jobs hautement qualifiés et d’un autre des postes de travail peu gratifiants ? Est-ce dû à la « précarité » des emplois créés ?

Pour essayer de comprendre ce phénomène et bien d’autres liés à la mutation de notre économie, nous avons invité François Desmoulins-Lebeault. Il est Professeur Associé à l’Ecole de Management de Grenoble.

Nous lui poserons toutes ces questions et bien d’autres. Les nôtres et celles que le public de nos cafés imaginera sûrement. Gageons que notre invité nous fera aussi découvrir d’autres arcanes de la science économique que nous ne soupçonnons même pas. Pour vous forger une opinion sur ces questions complexes, nous vous donnons rendez-vous le mardi 14 janvier à 18h30 à la Médiathèque de Crolles. Et pour ceux qui le désirent, nous finirons la soirée en partageant un repas à La Veyrie de Bernin.

Claude Muller

Derrière la montagne, c’est génial

Nous avons tous rêvé d’aller voir ce qu’il y avait derrière la montagne, l’éternel jeune homme Jacques Glénat l’a fait. Pour cela, il a demandé à 27 auteurs de bandes dessinées de partager son rêve. Il leur a demandé de choisir une peinture de montagne parmi sa collection et celles des musées de Chambéry, Grenoble… Il leur a donné carte blanche pour dessiner ce qu’ils voyaient dessus, dessous, derrière… en un mot : la face cachée de la montagne. Et le résultat fût au-dessus de toutes ses espérances, génial.  Il faut aller voir ça dans le joyau du Couvent Saint Cécile, situé au cœur de Grenoble. Je vous promets que vous éclaterez de rire devant la créativité de ces auteurs de BD. Chaque peinture choisie par les auteurs est exposée. Et au-dessus, dessous, à coté de chacune est accrochée l’œuvre du dessinateur. Le résultat est toujours surprenant, bluffant et surtout drôle. Vous allez découvrir comment la « Vache égarée » de Gustave Doré va être sauvée !

Ou qu’il ne faut jamais se promener sur « Le Chemin des cuves à Sassenage » (peint par Diodore Rahoult), de peur d’être attaqué !

Et que dire aux scouts qui pique-niquent tranquillement sous « Le Torrent » d’Ernest Victor Hareux ? 

Et les randonneurs de La roche de Stocksfeisen peint par Kuwasseg ? Ils n’ont qu’à bien se tenir…

C’est Jean Louis Roux, le journaliste spécialisé dans la BD, qui a piloté ce projet. A travers les couloirs et méandres du Couvent Saint Cécile, vous serez époustouflé par l’imagination et la créativité de ces dessinateurs. Et vous conviendrez avec moi que l’on doit à ce « commissaire d‘exposition » d’avoir su transformer cette idée quelque peu saugrenue en une vraie réussite. Son secret, nous avoir proposé à chaque fois le début d’une BD que le spectateur doit continuer au gré de son imagination.  

Claude Muller